Quels impacts sur la santé humaine ?


Très peu documentée chez nous et ignorée par nos autorités, la question des impacts sur la santé commence à se préciser et prendre une ampleur qui a de quoi inquiéter sérieusement

Tête et sons

Pour combler partiellement cette lacune Paysage-Libre Vaud a entrepris une étude sur l’état de l’art en la matière. Cette étude a été remise aux autorités cantonales et fédérales au printemps 2016  et présentée à la presse.
En poursuivant sans état d’âme un programme éolien vaudois dont la plupart des projets sont déjà très avancés, nos autorités qui connaissent désormais ce qui suit acceptent consciemment de multiplier les risques d’atteinte à la santé des populations pour quelques pourcents de production électrique intermittente…

L’étude « santé » de Paysage-Libre Vaud est disponible en cliquant sur le lien suivant :

DEVELOPPEMENT EOLIEN VAUDOIS ET SANTE PUBLIQUE JUIN 2016

COMPLEMENTS MIS A JOUR SEPTEMBRE 2016

l’étude contient notamment :

Les principaux symptômes ressentis sont des maux de tête, des acouphènes, des troubles du sommeil, des vertiges, des nausées, des sentiments d’oppressement dans l’abdomen, des états dépressifs plus ou moins graves.
Ces troubles sont dus pour l’essentiel aux nuisances sonores parmi lesquelles les fameux infrasons qui ont enfin été reconnus comme en faisant partie.
Bien entendu, ces symptômes sont minimisés par les partisans de l’éolien, puisqu’ils ne concerneraient qu’une minorité de gens particulièrement sensibles.

Si vous n’avez pas le temps de lire cette étude, sachez que :

  • L’ordonnance fédérale pour la protection contre le bruit n’inclut pas les infrasons dans sa mouture actuelle. Ceci signifie que pour un parc éolien respectant les normes légales, il est impossible de savoir quelles intensités d’infrasons sont émises. Le cadre légal n’offre aucune protection à cet égard.
  • Le Land de Bavière et la Pologne ont instauré la règle des 1/10 : pour 1 m. de haut, pales comprises, la distance doit être 10 fois plus grande. Les éoliennes de 206 m. prévues à « Sur Grati » près de Vallorbe devraient donc être éloignées de 2060 m.
  • L’effet Nocebo (effets indésirables d’origine psychologique) ne peut plus être invoqué. Des troubles physiologiques ont été mis en évidence et quantifiés sur plusieurs espèces animales, sauvages et domestiques. L’intensité de l’impact est dépendant de la distance aux éoliennes.
  • La nature du spectre sonore émis par une éolienne appartient au monde de la basse fréquence et de l’infrason (qui ne peut être identifié par l’oreille humaine). Cette affirmation n’est ni contestable ni contestée.